L'HISTOIRE
“Depuis six générations, ma famille cultive son vignoble avec la passion et le respect de la Nature et de l’Homme, afin de le révéler et de le transmettre aux générations futures. Aujourd’hui, je suis ce trait d’union, ce passeur de témoin. Animée de ce même désir d’innovation et de tradition.”  Caroline Teycheney.

Evelyne, Patrick et Caroline Teycheney.

HIER, AUJOURD'HUI, DEMAIN

En 2015, Patrick Teycheney se libère de la direction opérationnelle du groupe Colisée et revient à ses premières amours : le vin de Bordeaux. La même année, il est rejoint par sa fille Caroline qui quitte l’industrie du luxe. La famille acquiert  alors deux propriétés en appellation Saint-Emilion Grand Cru : Château Fleur de Lisse et Château L’Etampe, qui viennent s’ajouter à la propriété historique familiale, Château La Loubière à Montussan. En 2018, les Vignobles Jade s’agrandissent en faisant l’acquisition d’une propriété labélisée bio en Saint-Emilion Grand Cru.

Fontfleurie naîtra de ces parcelles. Avec 27 hectares, les Vignobles Jade ont atteint une taille suffisante pour mener à bien l’exploitation en biodynamie d’un Saint-Émilion Grand Cru. La famille Teycheney s’est engagée dans la conversion de l’ensemble de ses vignobles en HVE, SME et bio. L’agrandissement du vignoble passe également par l’innovation et la modernisation complète du chai, qui a été confiée à l’architecte bordelais Thomas Chlebowsky de l’Agence Goldfingeren collaboration avec l’architecte d’intérieure parisienne Sybille Holmberg.

La famille Teycheney est réunie à Montussan, dans sa propriété historique. De gauche à droite : Partrick, Caroline, Evelyne, André, Jade et Micheline. André Teycheney réalisera sa dernière vendange sur le tracteur, à l’âge de 82 ans. Patrick lui succède en 2015.

Années 2010
Années 70 - 80

Micheline Roux et André Teycheney ont repris le flambeau du domaine familial en 1980 et développent la propriété. Tradition oblige, la photo de fin de vendanges réunit famille et vendangeurs à Montussan.

De passage à Montussan, le quotidien Sud-Ouest immortalise les vendangeurs de Château La Loubière.

Années 60
Années 40

La Loubière, un nom évocateur, qui en langue d’Oc se dit “Loubere” et signifie “territoire des loups”. Situé en bordure d’une forêt où les loups vivaient alors en meute, Château La Loubière tient son nom du lieu-dit sur lequel il a été établi.

Le loup est devenu notre emblème sur les étiquettes de nos vins de Bordeaux.

LeLoupDeLaLoubiere_VignoblesJade-4.png
Années 30

Albert Roux a épousé Madeleine Bouchin. Avec elle, il développe l’activité viticole. Pugnace, entrepreneur et visionnaire, Albert structure son chai, opte pour un cuvier en ciment, fait le choix d’engrais naturels - notamment avec la bouse de vache que nous utilisons aujourd’hui en biodynamie, développe la vente avec la "Place de Bordeaux"… et créé le nom La Loubière.

1837

Pierre Roux signe le premier acte de propriété de quelques arpents de vignes sur la commune de Montussan. En 1895, son fils Aristide épouse Marie Confolans, propriétaire de deux parcelles et d’une maison. Veuve très tôt, Marie gère le domaine viticole d’une main de maître jusqu’à la majorité de leur fils Albert.