top of page
Rechercher

Barthélémy Toguo, la bio

Dernière mise à jour : 29 mars



Né en 1967 dans une famille bamiléké à M’Balmayo, petite ville sur le fleuve Nyong au Cameroun, Barthélémy Toguo Tamokoue vit entre le Cameroun et la France. Riche d’un parcours de formation artistique à l’Ecole nationale des Beaux-Arts d’Abidjan, à l’Ecole d’art de Grenoble et à la Kunstakademie de Düsseldorf, il se fait remarquer dès 1996 pour son engagement social à travers la série de performances Transit(s). Figure importante de l’art contemporain, sa démarche artistique prend racine dans l’actualité et questionne avec force notre rapport aux inégalités, à la condition humaine et à la protection de l’environnement. Sa production artistique se caractérise par une grande diversité de médiums, de matériaux et de techniques. A la fois peintre, vidéaste, photographe, performeur et sculpteur, c’est son sujet qui détermine le choix du médium avec une approche plus ou moins figurative. Il réalise des installations comme Road Exil (2008), Vaincre le Virus ! (2016), Strange Fruit (2017) et également des fresques comme Célébrations (2017) située dans la station de métro Château Rouge à Paris. Parallèlement à son activité d’artiste plasticien et avec la volonté de développer le dialogue entre les arts du Nord et du Sud, Barthélémy Toguo a créé, construit et financé Bandjoun Station, un site culturel durable situé au Cameroun. Ouvert au public depuis 2008 et inauguré par le ministre des Arts et de la Culture du Cameroun en 2013, on y trouve un centre d’art qui vise à pallier le manque de politiques culturelles en proposant des expositions, des rencontres, des ateliers et des résidences d’artistes. Bandjoun Station est également un projet agricole, avec des terres mises à la disposition des habitants dans le but de promouvoir l’autosuffisance alimentaire.


Dès le début des années 2000, il est invité à exposer à la Biennale de Lyon, au Palais de Tokyo puis au Centre Pompidou. Il participe à de grandes manifestations internationales comme la White Box à New-York en 2001 et la Biennale de Venise en 2015. En 2016, il est sélectionné pour le prix Marcel Duchamp et expose l’installation Vaincre le Virus ! En 2021, le musée du Quai Branly lui consacre une monographie Désir d’humanité. Les univers de Barthélémy Toguo. Dans le cadre de l’exposition Les Choses, une histoire de la nature morte, qui s’est tenue au musée du Louvre d’octobre 2022 à janvier 2023, l’artiste a présenté sous la Pyramide du Louvre Le Pilier des migrants disparus, une sculpture monumentale.


Les œuvres de Barthélémy Toguo sont présentes dans de nombreuses collections publiques françaises : fonds national d’art contemporain, FRAC Corse, Haute-Normandie et Réunion, Centre-Pompidou, Musée national de l’Histoire de l’immigration. Et à l’international, à la Tate Modern (Angleterre), au Chazen Museum of Art, au MOCA et au Moma (Etats-Unis), au Palestinian National Museum of Modern and Contemporary Arts (Rwanda), au New Church Museum (Afrique du Sud), Queensland Art Gallery & Gallery of Modern Art (Australie).

17 vues0 commentaire

コメント


bottom of page